le karate et la sophrologie


Si vous vous demandez comment la sophrologie peut avoir un impact sur vos résultats sportifs, je vous propose cette anecdote: la sophrologie m'a aidée à atteindre mon objectif "premier dan de ceinture noire".

On est bien souvent tenté de croire que le sport c'est seulement pour les musclés qui sont disciplinés, mais si mon expérience peut vous être utile, il n'est jamais trop tard pour développer le potentiel du corps et c'est bien l'esprit qui commande, en tout cas ça s'est passé comme ça pour moi.

Oui bien sûr, comme je suis une femme ordinaire de 57 ans, pas forcément toujours au plus haut degré de ma forme physique, je ne suis ni un jeune modèle de succès, ni une héroïne, genre céleb, de magazines "tendances". Toutefois, ce que j'ai réalisé par mon entraînement quotidien m'a valu tant de respect pour moi-même et de la part de mes enfants et de mon mari que j'éprouve le besoin de le partager. Je ne suis pas pro mais j'ai réussi à atteindre mon but.

Mon voyage de découverte:

Le karaté fait partie de ma vie depuis de nombreuses années, très nombreuses à vrai-dire quand je pense au nombre de fois où j'ai quitté le club parce que cela devenait trop dur de tenir le coup. Le voyage du karaté est un itinéraire tout aussi mental que physique. Parfois aussi, l'esprit se développe à un rythme différent de celui du corps.Cela devient alors normal de considérer le développement personnel à l'image d'un long sentier sauvage, avec des pentes, des bosses et des collines. En karaté on est obligé d'accepter des batailles intérieures, des difficultés humaines incontournables pour s'accepter soi-même. Pourquoi tout ça...Bon, c'est à cause de l'approche orientale, zen, le respect pour l'apprentissage dans l'humilité. C'est ce qui m'attire et m'oriente dans la vie.

"There are no gains without pains" Adlai Stevenson

Lorsque j'ai commencé mes études de sophrologie, j'ai tout de suite compris sa connection avec le karaté. La sophrologie étant une méthodologie de développement personnel, à base de techniques de respirations, de visualisation, ainsi que d'entraînement mental, est un dérivé du zen et d'autres pratiques orientales. En me préparant à ma première ceinture noire, je me surpris à la visualiser comme un fait accompli, et à utiliser des techniques de relaxation spécifiques, des exercices de respiration appropriés, des capacités nécessaires à l'amélioration de mouvements.Cela faisait beaucoup rire mes amis, surtout quand l'achat de ma ceinture noire me servit d'exercice de visualisation du futur...ou de préparation mentale. Comme s'il n'y avait pas déjà suffisamment de préparation mentale en karaté! Enfantillage à 55 ans, ou plutôt conviction du pouvoir du mental sur le corps!

Deux ans plus tard, après diverses blessures qui ont entravé la régularité de l'entraînement physique, l'entraînement sophrologique précis a conforté, à la demande, les domaines de:

-concentration

-vitesse

-technique

-force

-confiance en soi

-discipline

-résistance

et j'ai obtenu ma ceinture de premier dan.

A chaque entraînement, j'avais conscience de ce qui me manquait ce jour-ci, avant la session. Par exemple je me disais: aujourd'hui j'ai besoin de travailler la vitesse, je me sens vraiment endormie, et donc je pratiquais un exercice mental sophrologique appris à l'école qui me servait d'embrayage. Cela marche toujours, en tenant compte bien sûr de notre niveau, en restant réaliste quant à notre potentiel réel.

Avant mon dernier "grading" ou passage de ceinture, celui de premier dan, je me sentais calme, sûre de moi, concentrée, dix fois plus que lors de la précédante épreuve. Et tout se passa comme cela devait se passer. Sans sensation de nausée. juste un esprit clair. Quel avantage fantastique.

Je ne vais pas décrire en détail une épreuve de passage de ceinture, ce n'est pas mon but.

Je pense plutôt à toutes les capacités qui sont développées en karaté qui sont aussi celles de la sophrologie, car je connais très bien ces deux disciplines et mes amis karatékas ne connaissant pas la sophrologie ne peuvent pas envisager une préparation autre et complémentaire.

Un des entraîneurs m'a dit avant l'épreuve: "Tu as retravaillé le rythme de ton kata depuis vendredi?", je lui ai répondu: "Oui mentalement!" Cela ne l'a pas surpris, c'est ce qu'il fait toujours, sans même le réaliser, car c'est l'essence-même du karaté: on visualise toujours les mouvements.

Cependant, la valeur ajoutée de la sophrologie tient dans le fait qu'il existe toujours un exercice spécifique complémentaire pour servir l'approche de l'entraînement sportif.

Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square